Fin de la mission sénégalaise

Voici la suite de nos aventures! 
Nous avons passé les deux semaines qui nous restaient de bénévolat à Déni Biram Ndao. C’était fort en émotions! 
Nous avons participé à un chantier solidaire avec les jeunes; à Dakar, le centre Estel qui accueille des handicapés mentaux avait besoin d’un serieux coup de réfection. Hop, les jeunes de Village Pilote et nous-même avons embarqué pour Dakar. Nous avons été impressionnés par ces jeunes travailleurs et motivés. C’est une super idée de mettre leurs talents au service d’autres œuvres caritatives! Les menuisiers, électriciens en formation… tout le monde mettait la main à la pâte et se donnait sans compter. 
On a poncé les murs blancs, et nous n’étions plus les seuls « toubabs »!! (Façon dont ils interpellent les occidentaux). 

Le week-end suivant, nous avons fait une belle rencontre dans un bus (bondé). Oumou, jeune maman, s’est liée d’amitié avec Ombline et nous a invités à dejeuner chez elle la semaine suivante. Nous y sommes allés, on s’est régalé autour d’un thieboudjen (riz poisson spécialité locale). C’est une famille musulmane ou la femme est entièrement voilée. Les hommes sont restés à discuter de choses sérieuses dans une pièce pendant qu’Ombline rigolait avec les femmes et les enfants en préparant le repas. Nous avons été marqués par la douceur et gentillesse de Oumou, qui a offert un beau boubou à Ombline! 

Comme vous pouvez le voir, Ombline à aussi eu droit aux belles tresses africaines! Astou, Rouba, Fatou et Yahara étaient toutes les 4 penchées sur son petit crâne blanc à lui tirer les cheveux pour tous les faire rentrer dans les tresses. Malheureusement elles n’ont pas tenu longtemps à cause des cheveux « trop lisses de toubab ». 
Nous nous sommes rendus un dimanche a Bayar, petite ville voisine où habitent les ouvriers qui travaillent à VP. Ils étaient super heureux de nous accueillir; en Afrique, nous faisons un grand honneur aux personnes que l’on visite. C’est une vraie étape dans une amitié. Nous avons pu rencontrer leurs familles et voir leur quotidien. C’était une super journee! 

Avant notre départ de VP, nous avons eu l’improbable surprise d’accueillir le rappeur Booba à VP… (avec la casquette rouge) il était venu faire un concert à Dakar et voulait venir voir les actions de l’association sur place! C’était… spécial. Il n’est pas très souriant! 

Nous avons eu droit à une petite fête pour notre départ. Ça fait bizarre de quitter tous ces visages auxquels nous nous sommes attachés. Les jeunes ont joué du djembé, ont dansé… et nous ont entraînés avec eux. Voici nos prouesses en image! 

Les enfants du Refuge nous ont offert une frise faite par leurs soins, à rapporter en France! Nous étions très touchés, Ombline a eu du mal à quitter ses petits protégés du Refuge.

Nous avons partagé un dernier déjeuner tous ensemble, puis départ! Ba ben in yon, inchallah (au revoir, si Dieu le veut!). 

Le lendemain, nous avons quitté le village. Ombline a dit au revoir à ses amies…

Simon aussi! 

Et nous sommes bien sûr allés saluer le petit vendeur qui a une « bitik » à côté de chez nous, chez qui nous avons consommé tant de Chocopain (pâte à tartiner locale). 

Arrivés à Dakar, nous avons eu quelques galères pour trouver un logement. Mais finalement nous avons été accueillis par les sœurs de Saint Joseph de Cluny, a Médina – c’est spartiate mais nous avons tout le nécessaire! 

Nous allons régulièrement au CVD (Club de Voile de Dakar) pour chercher un voilier qui nous emportera vers le Cap Vert. De là, nous en chercherons un pour le Brésil. 

Nous y avons fait de belles rencontres, de personnes qui ont eu le courage de suivre leur rêve. Il y a une famille qui a embarqué pour une durée indéterminée, un couple qui fait le tour de l’Atlantique en voilier, un nageur qui va nager du Senegal au Brésil pendant 4 mois (1ère mondiale s’il y arrive!)… inspirant. 

Nous avons une piste pour une navigation jusqu’au Cap Vert! Nous vous en dirons plus sous peu… 

Nous avons profité de notre temps à Dakar pour visiter un peu, notamment le monument de la Renaissance créé en 2010, et offert par… la Corée du Nord! 

L’agitation et l’horrible pollution de la ville nous changent de la petite campagne de Déni. Mais nous sommes surpris parfois, au détour d’une ruelle, de retrouver l’esprit villageois (petites maisons, petits marchés couverts, gens qui se saluent dans la rue). 

Maintenant, place aux aventures maritimes! 

4 réflexions au sujet de « Fin de la mission sénégalaise »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *